Troisième Génération

Deux grandes influences traversent nos créations : le Cinéma et le théâtre Brechtien. Nos recherches à travers l’art du mime se placent à la croisée de ces arts.

 "On devrait être toujours légèrement improbable" Oscar Wilde
 
Nos créations théâtrales sont imaginées et écrites collectivement par les acteurs, et dirigées ou orientées par le metteur-en-scène.
 
Cinq créations - deux spectacles de rue et trois spectacles de salle - ont vu le jour depuis les débuts de la Compagnie en 2010. Le mime est la langue qui articule et ordonne notre écriture, la voie qui nous permet d’accéder, de communiquer et d’interagir avec notre public.
 
Selon les recherches, chaque spectacle vise à inventer des formes qui lui sont propres. Ces formes, par les choix d’écriture et la mise-en-scène, cherchent à cristalliser toujours une sorte d’énigme ou de légère étrangeté qui retient le spectateur à la surface des choses, lui donnant ainsi la possibilité d'interroger le contexte et la mécanique des choses, et de pouvoir ainsi identifier les comportements que les personnages produisent pour subsister dans ce contexte. 
 
L’artifice est le matériau, l’outil, le moyen et la mise en abîme. Notre mise-en-scène vise toujours à filtrer ce que l’on montre. Nous aimons le théâtre Brechtien pour cette même raison, pour l’importance donnée à l’artifice. Nous voulons renseigner le spectateur que ce qu’il voit n’est qu’un aspect lacunaire, et non pas la chose entière. L’émotion chez le spectateur résulte d’une comparaison, celle de connaître d’emblée les raisons d’un problème, et de voir les personnages les ignorer.
 
Nous pensons l’imaginaire, non pas comme une « échappée », mais au contraire, comme un accès, une porte d’entrée au Réel, une façon oubliée de comprendre le monde. Notre volonté est d’affirmer par-là, et par l’expérience théâtrale elle-même, que l’imaginaire ouvre la conscience humaine à tout ce qui l’excède. C’est cela que nous cherchons, en écrivant au travers d’un chœur théâtral qui produit le lien, le tissu commun, le battement de l’espoir.
 
Les thématiques qui nous sont propres sont le désarroi, l’épuisement, le découragement des personnages essayant de combattre sans succès l’inertie d’un système et d’une modernité devenue de plus en plus liquide.

> troisiemegeneration.com
> Facebook cie.generation